Salesforces et la course à la traduction automatique

Einstein : La nouvelle IA de traduction de SalesForce

 

L’entreprise Salesforce est arrivée dans la course à « la traduction automatique à l’aide du machine learning « ( NMT en anglais ) avec leur propre modèle, développé par leur laboratoire de recherche sur les IA, Einstein. L’entreprise est relativement en retard , derrière Google, Microsoft, Baidu et Facebook pour l’adoption du NMT.

 




Annoncé lors de son événement « DreamForce » en 2017, l’entreprise à présenté les améliorations de son IA  » Une qualité de traduction similaire aux meilleurs modèles de traduction mot par mot ».  A un détail près, leur modèle est 10x plus rapide et à donc moins de latence ( temps pour répondre ).

 

La version navigateur de Google Traduction et son concurrent DeepL sont déjà presque instantanés, il semblerait donc que l’argument du faible temps de latence présenté par Salesforce ne soit pas un réel argument à moins que des volumes de traduction massifs soient demandés.

 

Lors de l’annonce aux médias , Salesforce a expliqué que son nouveau modèle d’IA ne traduisait pas mot pour mot mais phrase par phrase.

 

Selon la publication de Salesforce à propos de leur nouveau modèle d’IA, elle est équivalente voir plus performante sur la qualité des traductions que les autres systèmes existants et cela avec une latence plus faible. Ils ont utilisés les scores BLEU ( évaluation bilingue des outils ) pour les comparer.

Les arguments de Salesforce sur la vitesse de leur système ont convaincu Venturebeat qui en a conclu que leur IA était moins précise mais plus rapide et que des améliorations sur la qualité était possible avec du matériel plus puissant.

 

Lancement en 2018 ?

 

D’après Socher, la nouvelle technologie n’est ni utilisée dans le Cloud de Salesforce, ni dans un quelconque service vendu par l’entreprise. Au cours sa présentation, il a déclaré que le but de leur recherche était de développer un assistant doté d’une intelligence artificielle auquel les utilisateurs de Salesforce pourraient s’adresser naturellement. Les domaines de recherche sur lesquels ils travaillent pour améliorer cette IA sont le discours, la traduction, la réponse aux questions et les résumés.

 

La course à l’Assistant intelligent est un domaine dans lequel se battent beaucoup de joueurs, chacun pariant sur son propre cheval : Apple a Siri, Google a lancé Google Home, tandis qu’Amazon a Alexa, par exemple.

Socher a commenté lors d’une émission CNBC qu’ils  » veulent le voir installés dans beaucoup d’endroits ». Il a spécifié que la traduction de documents technique était un des domaines dans lesquels leur IA serait la plus utile.

Il a souligné dans son discours que d’autres technologies de pointe présentées lors de discours précédents  n’était que des projets un an auparavant, laissant présager un lancement à l’échelle de l’entreprise fin 2018.

 

Certains services de l’assistant Einstein de Salesforce sont cependant déjà intégrés dans certains de leurs produits pour les rendre plus « intelligents ». De plus, une partie des efforts de l’entreprise en matière d’intelligence artificielle consistait en une série d’acquisitions destinées à soutenir la recherche et le développement comme l’acquisition d’une start-up travaillant sur l’intelligence artificielle nommée MetaMind, dont Socher était fondateur et ancien PDG.

English version 

 

Cet article est apparu en premier sur Salesforce Joins Neural Machine Translation Race

2017-11-23T11:11:23+00:00